Revitalisation du plus long corridor de biodiversité sur Terre !

16 Décembre 2021

Une année seulement peut faire toute la différence !

La Black Jaguar Foundation (BJF) s’est fixé un objectif simple, mais important : reboiser 2,4 millions d’acres le long du fleuve Araguaia en Amazonie ainsi que les habitats (ou « biomes ») du Cerrado. Pour ce faire, 1,7 million d’arbres indigènes seront plantés le long de ce corridor naturel de 2 600 kilomètres.  Grâce à la générosité d’un donateur canadien, KBF CANADA travaille avec la BJF pour planter 40 000 de ces arbres au cours des prochains mois.

La BJF a entrepris de planter son premier million d’arbres. Les premiers semis ont été officiellement plantés en 2018, approximativement au centre du corridor.

Propriétaires terriens et agriculteurs locaux : le cœur du projet

Les membres de la BJF Carlos Eduardo Oliveira, Ben Valks et Marcelle Grumberg en compagnie d’un agriculteur de la région, César Gonzaga (2e en partant de la droite)

Les projets de la BJF sont réalisés sur des terres privées ; ils misent donc sur des partenariats avec des propriétaires terriens et des agriculteurs de la région afin d’obtenir des terrains pour la plantation d’arbres. En s’associant avec des propriétaires terriens de la région, la BJF cherche à vraiment s’intégrer dans la collectivité locale. Il n’est cependant pas toujours facile de s’adapter aux besoins et profils variés des différents propriétaires terriens. Ingo Isernhagen, membre du comité consultatif de la BJF, explique cette situation : « les propriétaires terriens sont parfois très réticents… Si certains s’accordent à dire que la restauration écologique apporte des avantages pour la production agricole, et [ils] se montrent soucieux de respecter la loi, d’autres ne connaissent pas les nouvelles technologies et ont une demi-tête de bétail par hectare sur leurs terres. Ils n’adhèrent pas immédiatement aux avantages d’une telle participation. »

Et Dimitrio Schievenin, coordinateur de projet au sein de la Black Jaguar Foundation, d’ajouter : « La BJF essaie de montrer [aux agriculteurs] les avantages qu’ils auront en plus de la régularisation environnementale, comme l’amélioration des conditions climatiques, l’assainissement des sols, le contrôle des nuisibles par la biodiversité et la préservation des ressources en eau. Ils ne ressentent malheureusement aucune urgence. [Les propriétaires terriens de la région] pensent que la restauration [des forêts] ne sera pas leur problème, mais celui de leurs enfants ou de leurs arrières-enfants. Ceux qui se sont associés à cette initiative ont déjà une conscience écologique. »

Malgré ces difficultés, la BJF est convaincue que la collaboration avec les propriétaires terriens de la région est la clé à la fois de la durabilité et de la réussite de cette initiative. Elle multiplie d’ailleurs rapidement ses partenariats avec des agriculteurs locaux.

Les répercussions sociales :

Les pompiers de Santana do Araguia avec une partie des équipements donnés

Si l’avantage environnemental est souvent cité comme principal résultat positif du corridor, la BJF produit également des effets sociaux considérables au sein des communautés où elle exerce ses activités, notamment la création d’emplois pendant la saison des plantations. La BJF a également créé son premier collectif de collecte de graines, qui lui permettra d’avoir suffisamment de graines pour les nombreux arbres à planter ainsi que d’engager et de former des collecteurs de graines locaux. Un projet pilote convaincant s’est récemment terminé à Barreira do Campo. Les perspectives sont prometteuses pour l’avenir du collectif.

L’analyste en production de semis Norivania de la BJF dans la pépinière de Santana do Araguaia

Une grande pépinière est également en cours de construction dans la région de Santana do Araguaia. Cette pépinière abritera 500 000 semis, fournira des semis pour le corridor et offrira un espace pour des ateliers et l’éducation environnementale. Il s’agira d’un véritable pivot pour la restauration de la nature le long du corridor de biodiversité d’Araguaia et d’un centre de développement agricole durable dans la région.

La BJF a également parrainé la formation et les équipements des pompiers de Santana do Araguaia. Cette formation était axée sur la prévention et la lutte des incendies, qui sont essentielles pendant la saison sèche, lorsque le risque de feux de forêt augmente.

KBF CANADA – Un partenariat pour un monde sain

Quelques membres de la BJF lors d’une formation en août à Santana do Araguaia

Sous la direction de l’ingénieur forestier et du gestionnaire de projet de la région, la BJF a acheté une grande quantité de graines dans le courant de l’année afin de préparer la saison des plantations.  Grâce à un généreux donateur, KBF CANADA finance l’achat et la plantation de 40 000 graines. Comme la saison des plantations (saison des pluies) n’a commencé que quelque temps après l’achat, les graines ont d’abord été stockées dans l’établissement de la BJF à Santana Do Araguaia. Si certaines de ces graines ont germé, les graines acquises grâce au fonds de KBF CANADA seront directement plantées dans des sites de restauration propices à l’ensemencement direct – là où la terre n’est pas très dégradée et est suffisamment fertile pour permettre aux graines de germer directement.

Joël Boele, coordonnatrice de la liaison avec la collectivité, tient à ce que les Canadiens et Canadiennes sachent que « la BJF remercie KBF CANADA pour son soutien et se réjouit de donner plus de détails sur ce projet vert ambitieux et porteur d’espoir au Brésil ! »